Jeux de figurines, jeux de cartes à collectionner. Organisez vos parties, échangez vos idées, discutez avec le staff.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le lys Blanc dans la coupe brisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marmadoise

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 05/04/2015

MessageSujet: Le lys Blanc dans la coupe brisée   Mar 12 Jan - 17:21

Parchemin d'un chevalier.




Les frontières sont détruites. Les duchés, sont anéantis...



Ici le fleuve de Brienne était sombre. Son cour d'eau s'écoulait entre des amas de troncs et de rocs.
Le premier mot qui me vint à l'esprit lorsque je vit le paladin et son destrier sur le tertre fut, englouti. Le vaste horizon apocalyptique se dessinait derrière lui.
Le ciel insipide était sans nuages. Autrefois, les champs de blés ondulaient et se perdaient vers l'infini.
Rien d'autre, où qu'on posait les yeux. Plus de sentiers ni de chemins. La terre était une jachère dévastée recouverte d'une cendre indéfinissable.
Plus de traces d'ornières, que les chariots des paysans laissaient dans leurs sillages.
Juste un immense espace effrayant et absolument vide.
Nous étions à la dérive. Nous étions totalement seuls. Les arbres étaient morts sur cette lande et certains d'entre eux jonchaient à même le sol dans une mousse crayeuse, comme des cadavres pourrissants.
Les sabots de nos palefrois martelaient les écorces séchées, c'était le seul bruit dans l'air à l'exception d'un grondement mystérieux dans le lointain.
Cela faisait bondir mon cœur d'une manière étrange et profonde. Sous nos peaux de métal, nous étions tous sur nos chevaux de bataille.
Je regardai le corps du seigneur qui osciller au rythme du talus rocailleux de la montagne. Ses pensées devaient se focaliser sur ses hommes, où peut-être ailleurs, qu'en savais-je ?
Il était silencieux.
Et jamais je n'ai vu bretonnien aussi pragmatique que lui. Pourtant, son sang devait bouillir, son coursier soufflait lourdement par les naseaux et de sa dextre aguerrie, il le temporisa par la bride. Cette contradiction agita nerveusement son cheval.
Nous nous étions arrêtés dans une nuit glaciale et sans lune.
A la lueur d'un de mes derniers cierges, les mots tournaient constamment dans ma tête, tandis que j'essayai de formuler les phrases et les tournures de style qui me permettrai de décrire tout ceci.
Il m'était difficile de mettre exactement ce que je voulais dire.
Au cours de ces derniers jours de voyage, la voix dans ma tête ne cessait de prononcer ces mots : << Dame, tes enfants perdent la foi...>> et cette phrase semblait des plus exactes.
Ce seigneur, que tout le monde appelait, Caribert, n'avait jamais été un bretonnien qui combattait pour la Dame.
Il n'en parlait jamais, mais les chevaliers autour de lui l'avaient vite compris en le voyant guerroyer.
La phrase sonnait juste et personne ne c'était entretenu avec lui depuis les jours noirs...
Peut-être que s'il n'avait pas entendu tous ces propos, le seigneur Caribert aurait éventuellement expliqué ce qu'il en était. Mais son dévouement semblait être ailleurs et il dépassa les ragots sans y prêter la moindre attention.
Il était désintéressé. Il était le plus détaché d'entre nous. Dans un mutisme partagé, nous regardions notre pays et nous rappelions tout ce qu'il contenait...
C'était un genre d'amour que les gens extérieurs de Bretonnie ne pouvaient que jalouser. Un amour dégagé de tout doute, déférent et éternel.
Peut-être était-ce là, la raison pour laquelle ce triste sir de la grande Quenelles ne parlait pas de la Dame.
Du coin de l’œil je vis un frère d'arme tendre le bras de côté et arracher pour la énième fois une gousse dans les hautes herbes fanées. Ainsi que cela se produisait à chaque fois, la gousse s'effrita comme une feuille morte et un flot inégal de cendre contraignit le chevalier à refermer son ventail.
Caribert avait vu la scène aussi, le bruit inutile de ces fissures incessantes que le chevalier occasionnait commençait à l'agacer intérieurement.

- Arrêtez avec ces cosses, avait-il ordonné d'une voix rauque.
Nous comprîmes tous, que c'était un acte sans malice, mais cela l'irritait néanmoins, comme de devoir pour l'éternité regarder ce paysage crépusculaire qui s'étendait sur notre royaume.
Bien que je fusse un des plus jeunes, j'étais un de ces bons chevaliers qui rejoignit l'étendard du seigneur Caribert. Nos armures avaient sentit la mort à plusieurs reprises, nos lances avaient fauchées et nos lames avaient tranchées des orques et plus récemment, des maraudeurs du chaos...
La mort avait toujours était vaincu et refoulée au loin ou bien enterrée.
Jusqu'à ce que la fin des temps arrive...

[ J'aimerais bien aligner cet ost que je n'ai jamais joué à proprement parlé et du coup apprendre à jouer à 'battle' enfin du coup à 'Age of Sigmar' si je me trompe pas ^^ ]

Le  lys  Blanc    971 points


Seigneur bretonnien                                              110 points → 219 points
Caribert de Quenelles            
                                      serment du chevalier                
                              serment de la quête           +12  points
                                     serment du Graal              + 28 points
- destrier caparaçonné                                             + 21 points
- pré-requis : variable                                 - But : divers et varié


Objets magiques : [Epée des Héros [35] ], grand heaume de Gromril [30], Tresse d'Isolde [20], bouclier [3], armure lourde, arme de base
Spécial : serment du chevalier
Monture : destrier caparaçonné [21]
Total : 219 points
Une très bonne puissance d’attaque combinée à une solide défense, le tout couplé avec la possibilité de maximiser ces touches contre un ennemi particulier : redoutable !

Paladin, porteur de la grande bannière                                                   60 points → 109 points
Salazar                        
                           serment de la quête                                                + 8 points
                           serment du Graal                                                    + 21 points    
destrier caparaçonné                                                                + 14 points
    vertu du chevalier impétueux                                           + 35 points            


Héros                                                                                                     60 points → 80 points
Le vicomte Chramm

le commandeur d’infanterie.   But : rendre fiable l’infanterie
                           vertu de sollicitude                                                + 10 points

Objet magique commun : bouclier enchanté [10 pts], [pierre de l’ aube ? 25 pts], armure lourde, arme de base
Spécial : serment de la quête [8]
Monture : destrier caparaçonné [14]
Total : 80 points
Ce paladin transformera tout pack de gueux à l’utilité douteuse en gueux motivés à l’utilité douteuse, ce qui fait mine de rien une belle différence, et vous permettra de faire tenir vos hommes d’armes dans une mêlée où ils auraient normalement fui dès le début. Par contre, plus de chevalier, plus de motivation, donc essayez de la garder en vie pour qu’ils soient efficaces le plus longtemps possible en lui procurant le grand heaume de Gromril. Si ce dernier n’est pas disponible (par exemple déjà réquisitionné par le seigneur) prenez la combinaison bouclier enchanté et pierre de l'aube qui a exactement le même effet, mais pour 5 points de plus.
Les hommes du vicomte
hommes d’armes [122 points]
Armure légère, arme de base, bouclier, et arme d’hast
Spécial : devoir du paysan
Unité : 19 hommes d’armes dont un musicien [+5 points], porte étendard [+10 points] et un prévot [+12 points]
Total : 202 points


Chevaliers du Royaume [240 points]
 serment du chevalier
Armure lourde, arme de base, lance de cavalerie et bouclier.
Unité : 9 chevaliers du royaume dont un musicien [+8 points], porte étendard [+16 points]
Total : 240 points

Chevaliers Errants [201 points]
 impétueux
Armure lourde, arme de base, lance de cavalerie et bouclier.
Unité : 9 chevaliers errants dont un musicien [+7 points], porte étendard [+14 points]
Total : 201 points

_________________
Warhammer : Bretonnien, Elfes des bois
Magic : 'padawan'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le lys Blanc dans la coupe brisée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crafty sur Mac sans Illustrator
» Chroniques Littéraires
» Quel Semois préférez vous ?
» Mario Benedetti
» courant dans le neutre à la sortie du coupe circuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Tableraze Montpellier :: JEUX :: Warhammer :: Choix des armes - Campagne-
Sauter vers: